Cultiver vos fines herbes à la maison : un jeu d’enfant !

Cultiver vos fines herbes à la maison : un jeu d’enfant !

Habitation - 16/03/2018
Facebook Twitter LinkedIn WhatsApp Email


Hmmm, quel plaisir de parfumer et de relever ses petits plats et salades avec de savoureuses herbes aromatiques cultivées chez soi et cueillies à la minute. Vous n’avez pas de jardin ? Qu’à cela ne tienne ! Il y a plein de façons de faire pousser ses fines herbes à la maison, que ce soit sur son balcon, sa terrasse, son appui de fenêtre ou même à l’intérieur. Des herbes fraîches toujours à portée de main ? On vous explique comment faire.

 

Quelles herbes aromatiques planter ?

Préférez naturellement celles que vous utilisez fréquemment en cuisine. Ensuite, un premier conseil : voyez quels sont leurs besoins, en eau et en lumière notamment. Car tout dépendra aussi de l’endroit où vous avez décidé de les faire pousser.

 

Tout d’abord, il faut savoir que toutes les plantes n’ont pas le même cycle de vie.

Certaines sont dites annuelles. Elles ne repoussent pas et doivent être remplacées chaque année comme l’aneth, le basilic, la ciboulette, la coriandre, le persil, la marjolaine ou le cerfeuil. Alors que d’autres sont persistantes ou vivaces. Elles se conservent d’année en année, comme la sauge, la menthe, le romarin, la lavande, le thym, le laurier, l’origan, la sarriette, l’oseille, l’estragon, la verveine ou la mélisse.

 

Question ensoleillement, certaines herbes raffolent du soleil : l’aneth, le basilic, le thym, la sauge, l’origan, le romarin, la coriandre, la verveine citronnelle ou la sarriette. Mais gare à mettre celles-ci en plein soleil : le persil, la ciboulette, la mélisse, le laurier, la menthe ou le cerfeuil préfèrent l’ombre.

 

Au niveau arrosage, il y a les assoiffées qui nécessitent un apport en eau fréquent. On pense aux herbes comme le basilic, la coriandre, le persil, l’oseille, la sarriette ou la ciboulette. Et celles qui se plaisent en terre sèche et qui se contentent d’un arrosage occasionnel : le laurier, le thym, le romarin entre autres.

 

Le mieux est de lire les recommandations sur le pot ou sur le sachet de semis et de demander conseil aux vendeurs de votre magasin de jardinage.

 

Comment associer vos fines herbes ? 

En général, elles s’entendent assez bien entre elles. Une bonne idée : mettre ensemble les plantes « méditerranéennes ». En effet, le thym, le romarin, l’origan, la marjolaine, le laurier et la sauge ont non seulement besoin de beaucoup de soleil (exposition sud) mais aussi d’un sol pauvre et bien drainé. Car elles préfèrent une terre plus sèche.

 

Autre bonne idée : planter ensemble l’estragon, le persil, l’oseille et la ciboulette. Ces plantes aiment un sol humide (comme au potager) et un ensoleillement modéré. Elles sont donc faites pour s’entendre !
 

Par contre, vous devez à tout prix planter ces 2 aromates seuls : la menthe qui a tendance à envahir et asphyxier ses voisines et le basilic qui a de plus grands besoins en eau que ses comparses.

 

 

Semis ou plants ?

Le plus facile, c’est le rempotage. Vous achetez en magasin de jardinage (et pas dans le rayon frais de votre supermarché !) des jeunes plants en pot qu’il vous suffira de planter en terre (sans le pot, hein).


Si vous avez de la patience et le goût du risque (car cela ne marche pas toujours avec succès, surtout quand on est débutant), vous pouvez opter pour les semis, un rien plus économiques. Achetés en sachet ou offerts par des amis ou des voisins qui auront récolté les graines de leurs propres plantes.


Dans tous les cas (à part le thym qui préfère une terre clairement plus sablonneuse), le plus facile aussi est d’utiliser un terreau pour plantes aromatiques. Il est prêt à l’emploi, pas besoin d’ajouter quoi que ce soit dedans.

 

Quand planter sans vous planter ?

Un bon conseil : référez-vous à un calendrier des semis comme celui-ci. Vous en trouverez d’autres sur internet. Mais à vrai dire, on peut faire pousser des aromates quasi toute l’année, pour peu qu’on les garde à l’intérieur et à l’abri du gel. De plus, des aromatiques dans sa cuisine ou son living, c’est esthétique !

 

Cultiver ses herbes aromatiques en serre, une bonne idée ?

Bien sûr. Vos pots seront ainsi bien à l’abri quand la météo devient trop humide ou tourne au gel. Et vous prolongerez la durée de votre récolte. Cultivez de préférence vos herbes en pots. Car comme vous l’avez lu, elles n’ont pas les mêmes besoins en volume de soleil ou d’arrosage. En pots, vous pourrez les déplacer plus facilement.

 

Le savez-vous ?

Chez Ethias, votre serre ou abri de jardin à usage privé de max. 20 m2 est automatiquement couvert(e) par votre assurance incendie! Une tempête brise les vitres de votre serre en mille morceaux ? Pas de stress, Ethias prend en charge les dégâts. Vous n’avez que la franchise à payer. Quel pot, non ?
 


Pas de jardin ?

Ce n’est pas la fin du monde. Toutes les fines herbes peuvent pousser à peu près partout, sur une terrasse, un balcon, un appui de fenêtre et même à l’intérieur. Elles ont juste besoin d’un minimum de lumière -idéalement entre 6h et 8h de soleil (indirect) par jour et d’une bonne aération. Du terreau, une jardinière ou quelques jolis pots (de minimum 15 cm de profondeur), il n’en faut pas plus.

Placez quelques billes d’argile ou de graviers dans le fond pour un bon drainage, versez une bonne couche de terreau spécial, placez votre plant dépoté et complétez de terreau. Attention, les racines ne doivent pas dépasser de terre. N’oubliez pas non plus de bien arroser. Pour l’aménagement, laissez parler votre créativité : pots suspendus, mini potager en cageots ou à la verticale, tourelles d’herbes, tout est possible. Et pourquoi pas un jardin en bouteilles ? Original !
 


Comment entretenir vos fines herbes ?

Les herbes aromatiques se gardent toute l’année, pour autant qu’elles soient bien arrosées et correctement exposées au soleil. Les feuilles rétrécissent et les feuilles s’allongent ? Pas assez de lumière ! Des tâches apparaissent sur les feuilles ? C’est l’inverse : trop de soleil.

 

Vous souhaitez les utiliser en cuisine ? Préférez la cueillette à la récolte. Prélevez quelques feuilles en fonction de vos besoins en partant du haut de la plante. Ne coupez pas juste en dessous d’une feuille mais juste au-dessus, tout en laissant toujours des feuilles au niveau de la base du plant.

 

Pour la conservation, congélation ou séchage, c’est au choix.
 

  • La congélation : ciselez vos herbes (par exemple, le persil ou le cerfeuil) et mettez-les directement au congélateur dans un petit sachet ou récipient en plastique (n’oubliez pas d’indiquer dessus ce qu’il contient et la date de récolte) ou un bac à glaçons que vous arroserez d’huile d’olive.
  • Le séchage : coupez les branches de vos fines herbes, attachez-les en bouquet et suspendez-les tête en bas dans un endroit sec, aéré et sombre. Certaines herbes s’y prêtent mieux comme le thym, le romarin ou l’origan par exemple.

Allez, hop, maintenant que vous en savez assez, direction la jardinerie !

 

Psssst !

Prêt(e) à vous lancer ? Regardez ici les 12 erreurs à ne pas commettre.

Vous sentez grandir en vous une passion pour le jardinage ? Créez un potager chez vous !  Lisez nos conseils et astuces.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Ce site utilise des cookies afin de vous garantir un confort de navigation optimum et vous communiquer des informations et offres personnalisées.

En cliquant sur le bouton 'Continuer', vous acceptez leur utilisation.

Si vous souhaitez les désactiver, nous vous invitons à changer les paramètres de votre navigateur Internet.

En savoir plus