10 idées reçues sur les cambriolages

10 idées reçues sur les cambriolages

Habitation - 27/11/2017
Facebook Twitter LinkedIn WhatsApp Email

 

On redoute tous de se faire cambrioler un jour. Outre la valeur sentimentale des biens dérobés et le traumatisme psychologique causé par l’intrusion d’un inconnu chez soi, la perte matérielle peut vite se chiffrer à plusieurs milliers d’euros.

Alors, les cambriolages, la faute à pas de chance ? Sont-ils plus fréquents pendant les vacances ? Le risque est-il plus élevé si vous habitez une villa isolée ? Pouvez-vous publier les images capturées par votre caméra de surveillance sur internet ? Ethias passe au crible 10 idées reçues sur les cambriolages.



#1. Les cambriolages sont en recrudescence

Faux. Selon les dernières statistiques publiées par la police fédérale belge, le nombre de cambriolages dans les habitations a chuté de 17% (-11.393) en 2016 par rapport à 2015. Et cette baisse concerne tant les maisons que les appartements. Une bonne nouvelle, pas vrai ?



#2. Un cambriolage, c’est la faute à pas de chance

Faux. Mieux sécuriser son logement permet d’éviter bon nombre de vols avec effraction. Selon Test-Achats, les personnes qui disposent d’un système d’alarme et prennent quelques mesures de protection sont quinze fois mieux protégées. Et il ne faut pas forcément investir des fortunes. De plus, en adoptant quelques réflexes simples, vous pouvez fortement réduire les risques. Tiens, vous pensez que laisser la clé dans la serrure empêche un cambrioleur de rentrer dans votre maison la nuit ? Erreur ! Regardez plutôt nos conseils ici.


Cambriolage - Pas de boîte aux lettres qui déborde© Richard Revel

Le saviez-vous ?

Pour vérifier si les habitants sont chez eux, les cambrioleurs utilisent diverses techniques, comme sonner à la porte ou téléphoner avant. Une boîte aux lettres pleine, des volets baissés, l’absence de lumière ou de bruit à l’intérieur, des accès barricadés, l’eau et l’électricité coupées sont autant d’indices qui trahissent votre absence. Ils sont également très attentifs à d’autres détails : les patrouilles de police dans le quartier, le caractère isolé de la maison, les systèmes d’alarme, la facilité d’accès au bâtiment ou de fuite, etc.


Des conseils personnalisés ?

Faites appel au conseiller en prévention vol de votre zone de police ou de votre commune. Vous trouverez ses coordonnées sur www.besafe.be. Il fera le tour de votre logement avec vous et vous donnera quelques bons tuyaux anti-cambriolage.



#3. Les cambriolages ont surtout lieu la nuit.

Faux. La plupart des cambrioleurs agissent pendant l'absence des habitants, c’est-à-dire la journée. C’est une réalité : plus de 50% ont lieu en journée, souvent l’après-midi entre 14h et 17h. Ou aux alentours de 8-9h du matin, quand les gens quittent la maison pour se rendre au boulot. De plus, avec le flot de la circulation les mouvements sont moins repérables.

Et gare aux moments où vous relâchez votre attention. Vous vous absentez quelques minutes pour aller acheter un pain ? Une opportunité en or pour les cambrioleurs ! Car ils le savent bien, vous n’avez certainement pas pris la peine de tout verrouiller ou d’activer votre alarme.


Vol par ruse : attention aux faux policiers© Alexas Fotos

#4. Un policier sonne à votre porte pour signaler un cambriolage. Vous êtes obligé de le laisser entrer.

Faux. Car il pourrait s’agir d’un vol par ruse. Une technique qui consiste à se faire passer pour quelqu'un d'autre ou à utiliser une ruse pour pénétrer dans une habitation.

Que faire ? Voici ce que conseille le site de la justice belge. Demandez son identité au policier et téléphonez à la police pour vérifier si l’agent en question travaille effectivement pour eux et s’il est de service. Pour ce faire, gardez le numéro de téléphone de la police locale près de votre téléphone, ou mieux encodez-le dans le répertoire de votre smartphone. Ne téléphonez surtout pas au numéro de téléphone donné par l’agent : il peut s’agir du numéro d’un complice. Enfin, en cas de doute, ne laissez pas entrer la personne.


Cambriolage - fermez la porte© PIRO4D

#5. Les cambriolages ont plus souvent lieu pendant les vacances.

Faux. Contrairement aux croyances, le nombre de cambriolages est plutôt en baisse en juillet et août. Les cambrioleurs prennent-ils aussi des vacances ? Une autre raison : la police multiplie les patrouilles. Et pendant le reste de l’année ? On enregistre de légers pics en mars, octobre et novembre. Et surtout pendant les fêtes de fin d’année ! Une période lors de laquelle, on risque 2x plus de se faire cambrioler. On laisse les portes entrouvertes pour les invités retardataires, on s’absente pour rendre visite à la famille, on part festoyer pendant toute la nuit… bref, une véritable aubaine pour les voleurs.



#6. Interdiction de publier sur internet les images prises par sa caméra de surveillance.

Vrai. Ces images ne peuvent être exploitées qu’à but judiciaire. Les publier peut constituer une atteinte au droit à l’image - et qu’on soit voleur ou pas, on reste propriétaire de son image - et une infraction à la loi sur la protection de la vie privée.



#7. Je suis victime d’une effraction. Je dois dresser la liste des objets dérobés avant l’arrivée des policiers.

Faux. Si vous constatez que quelqu’un s’est introduit dans votre logement en votre absence, contactez les services de police et attendez leur arrivée. Ne pénétrez en aucun cas dans votre habitation et laissez tout en l’état. Cela permettra de retrouver d’éventuelles empreintes digitales.



#8. Les cambrioleurs agissent le plus souvent au hasard.

Faux. Ils effectuent souvent un repérage du quartier avant de commettre leurs méfaits et posent des questions mine de rien aux voisins et aux commerçants du coin. Ils sont aussi adeptes des nouvelles technologies. Par ex., ils repèrent sur Facebook et Instagram les familles qui sont en vacances. Fanfaronner sur votre voyage à Bali ou utiliser la fonction « check-in / je suis là » pour indiquer en temps réel où vous vous trouvez ? Mauvaise idée ! Autre tactique : les voleurs lisent aussi les nécrologies pour visiter la maison du défunt et les maisons de la famille proche qui sera plus que probablement aux funérailles du parent décédé. Aucun scrupule !



#9. Les cambrioleurs préfèrent les villas aux immeubles à appartements.

Faux. Ils préfèrent opérer dans les quartiers animés, aux rues bondées, où leurs mouvements passent facilement inaperçus. C’est pourquoi les quartiers résidentiels sont étonnamment plus souvent boudés par les voleurs. Et ceux-ci ont un faible pour les grands immeubles à appartements, plus anonymes, où les voisins ne se connaissent pas toujours. Les appartements au rez-de-chaussée sont les plus défavorisés car plus accessibles par la rue, un balcon ou un jardin. Idem pour ceux situés au dernier étage. Logique ! ll y a moins de chance de tomber sur des voisins et on peut s’enfuir par les toits. Attention également aux soupiraux très prisés pour accéder aux caves… et au reste de l’immeuble !


10 vérités sur les cambriolages© Kris – TheDigitalWay

#10. Les cambrioleurs utilisent un langage codé entre eux.

Vrai. Ce n’est pas une légende urbaine. Les cambrioleurs utilisent en effet des symboles pour communiquer entre eux. Le premier malfaiteur repère d’abord les lieux avant de laisser pour ses comparses un message codé dessiné à la craie ou tracé au couteau, devant ou sur le chambranle de la porte d’entrée, sur un mur à proximité ou même le trottoir. Si vous repérez ces signes, prévenez immédiatement la police et prenez des photos. Mieux vaut tout effacer ensuite et rester très vigilant les jours suivants.



Avez-vous trouvé cet article utile ?

Ce site utilise des cookies afin de vous garantir un confort de navigation optimum et vous communiquer des informations et offres personnalisées.

En cliquant sur le bouton 'Continuer', vous acceptez leur utilisation.

Si vous souhaitez les désactiver, nous vous invitons à changer les paramètres de votre navigateur Internet.

En savoir plus