Déclarer un sinistre

Les bons plans pour rentrer sain et sauf pendant les fêtes

Les bons plans pour rentrer sain et sauf pendant les fêtes

Mobilité - 22/12/2017
Facebook Twitter LinkedIn WhatsApp Email


Qui dit fêtes de fin d’année, dit s’amuser, sortir, manger … et boire ! Du coup, quand on veut regagner ses pénates, souvent aux petites heures du matin, on est trop éméché et fatigué pour reprendre le volant. Alors, plutôt que de risquer une amende pour conduite en état d’ivresse, ou pire un accident, mieux vaut opter pour d’autres solutions futées pour rentrer en toute sécurité. Et sans mettre en danger sa vie et celle d’autres personnes.

 

En Belgique, 1 accident sur 8 est dû à l’alcool

Avouons-le, on aime tous boire un petit coup et trinquer avec la famille, les potes ou les collègues au moment des fêtes. Si on ne doit pas conduire après, pas de souci, à part le risque d’une bonne gueule de bois le lendemain. Par contre, reprendre la route, même en n’ayant bu que quelques verres, c’est la pire des idées
 

Les chiffres de l’IBSR (aujourd’hui VIAS) sont parlants : un conducteur dont le taux d’alcool dans le sang est de 0,8 ‰ court 2,5 fois plus de risques d’être impliqué dans un accident. Un risque 22 fois plus élevé avec une alcoolémie de 1,5 ‰. Ça dessaoule net !
 

Que dit la loi ?

En Belgique, la limite autorisée est de 0,5 ‰ par litre de sang (ou 0,22 mg par litre d’air expiré). Cela correspond à environ 1 verre d’alcool pour une femme et 2 verres pour un homme. A ce stade, même si vous n’êtes pas encore ivre, vous êtes déjà moins vigilant(e) au volant. Et pour les jeunes conducteurs ? Tolérance zéro pour ceux qui ont leur permis depuis moins de 3 ans. Ce qui veut dire en clair : zéro verre d’alcool.


Les plans B, ce n’est pas ça qui manque   
 

© Tero Vesalainen

 

 

 

 

  • Laissez la voiture au garage et prenez les transports en commun. Cela peut sembler bateau, mais c’est encore la solution la plus sûre et la moins chère. D’autant plus que pendant les fêtes, bon nombre de bus, trams ou métros élargissent leurs horaires, et opèrent parfois même gratuitement pendant la nuit du Nouvel An.

  • Désignez un BOB : une personne de confiance qui sera chargée de ramener tout le monde à la maison. Mais attention, comme le rappelle Benoît Godart, porte-parole de VIAS « On n’est pas BOB à moitié. Si on endosse cette responsabilité, on ne boit pas une goutte d’alcool ! ». 



  • Appelez les RYD, les Responsible Young Drivers. Un petit coup de fil au 0902/12345 le soir du réveillon et des jeunes bénévoles viennent vous chercher sur le lieu de la fête pour vous ramener à la maison, vous, votre petite famille et votre véhicule. Pas besoin d’être jeune pour en profiter et à part la communication téléphonique, c’est gratuit.

  • Prenez un taxi, un Collecto (taxi de nuit à partager) ou un Über. Autre alternative futée aux transports en commun. C’est un rien plus cher mais beaucoup plus flexible. C’est vous qui choisissez l’heure à laquelle vous voulez rentrer.

  • Si vous le pouvez, logez sur place. C’est encore mieux. Ou réservez un hôtel à proximité. Vous pourrez même faire la grasse mat’ et avaler un délicieux brunch avant de reprendre la route… 100 % sobre !

  • Appelez un ami ou un membre de votre famille … qui ne fête pas les réveillons. OK, vous risquez peut-être de le/la réveiller et de l’entendre grommeler un « Mais t’as vu l’heure ?! » peu aimable. Mais une fois sortie des brumes du sommeil, cette personne préfèrera certainement venir vous chercher plutôt que de vous savoir en danger sur les routes.
  •  

     

     

    © Miguel Ángel Ramón

     

    Un contrôle de police ? Voici ce qui vous pend au nez !

    Vous avez bu un apéro et un ou deux verres de vin au resto ? L’addition risque d’être salée : à commencer par une amende de 137,5 euros et une interdiction de conduire de minimum 3 heures. Vous avez picolé un peu plus, voire beaucoup plus ? Ça va vous coûter un bras, en plus d’un probable retrait de permis et d’un éventuel renvoi devant le juge. Regardez ici les sanctions qui vous attendent.

     

    Il faut ± 2 heures pour éliminer un seul verre d’alcool

    Et là encore, tout dépend de ce que vous avez bu et de votre corpulence. Un conseil pour savoir si vous pouvez reprendre la route ou pas ? Ayez toujours un éthylotest dans votre voiture. En France, pour rappel, c’est d’ailleurs obligatoire.

     

    Alors, boire et conduire, c’est non !

    Soyons clairs, on n’est pas en train de vous dire qu’il faut bannir à tout jamais l’alcool de votre vie. En revanche, pas question de reprendre le volant.

     

    Bonnes fêtes, et rappelez-vous, boire ou conduire il faut choisir !

     

    P.S. : Connaissez-vous la Garantie BOB d’Ethias ?

     

    Imaginez, c’est la nuit du réveillon et vous avez bu plus que de raison. À l’heure de rentrer, vous tendez les clés de votre voiture à une copine en lui demandant de vous reconduire chez vous. Sage décision car vous savez qu’elle ne boit jamais d’alcool. Et arrive ce qui ne devait pas arriver : sur le chemin du retour, elle dérape et emboutit votre véhicule contre un poteau. L’année commence mal ! La bonne nouvelle, c’est que grâce à la Garantie BOB de votre assurance Auto, Ethias indemnisera la réparation… et ce petit accident sera vite oublié. ☺ Évidemment, le véhicule utilisé ne doit en aucun cas être assuré contre les dégâts matériels auprès d’une compagnie d’assurance quelle qu’elle soit.

     

    Voir aussi...
    Avez-vous trouvé cet article utile ?

    Ce site utilise des cookies afin de vous garantir un confort de navigation optimum et vous communiquer des informations et offres personnalisées.

    En cliquant sur le bouton 'Continuer', vous acceptez leur utilisation.

    Si vous souhaitez les désactiver, nous vous invitons à changer les paramètres de votre navigateur Internet.

    En savoir plus